Enlèvement à Sainte-Paule : comparution du père de l’enfant | Radio-Canada.ca

2022-05-05 08:31:08 By : Mr. Frank Wang

Nous utilisons les témoins de navigation (cookies) afin d'opérer et d’améliorer nos services ainsi qu'à des fins publicitaires. Le respect de votre vie privée est important pour nous. Si vous n'êtes pas à l'aise avec l'utilisation de ces informations, veuillez revoir vos paramètres avant de poursuivre votre visite. Gérer vos témoins de navigationEn savoir plus

Vous naviguez sur le nouveau site

Palais de justice de Matane

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales a déposé un seul chef contre l'homme de 36 ans qui aurait enlevé son fils à Sainte-Paule, près de Matane. D’autres accusations pourraient suivre lorsque le procureur aura pris le temps d’analyser le dossier et l’ensemble de la preuve.

Pour l’instant, l’homme est accusé d’avoir déchargé une arme à feu avec intention particulière, par exemple celle de blesser quelqu'un ou d’empêcher son arrestation, un crime passible d’un emprisonnement maximal de quatorze ans, la peine minimale étant de quatre ans.

L’individu a un lourd passé criminel. Il a notamment été reconnu coupable d’agressions sexuelles et de voies de fait.

Il demeure détenu jusqu’à son retour en cour, prévu le 5 octobre à Matane.

L’homme qui a brièvement comparu lundi matin par vidéoconférence faisait l’objet d’intenses recherches après sa disparition en forêt, le 31 août, à bord d’un véhicule tout-terrain avec son enfant de trois ans.

Le père et le fils ont tenté de survivre en forêt avant d’être localisés, samedi, dans une maison de Sainte-Paule qui faisait l’objet d’une étroite surveillance policière depuis le début des recherches. Un échange de coups de feu a alors été entendu par plusieurs témoins.

On ignore pour l’instant comment l’homme et l’enfant ont pu retourner à l’intérieur de la résidence pendant l’opération policière.

La police a pu maîtriser le suspect dimanche, après une vingtaine d'heures de pourparlers.

Malgré la cavale de presque six jours, le jeune garçon n’a subi aucune blessure physique et a été remis à la garde de sa mère.

Pendant que l’enquête sur l’enlèvement du bambin se poursuit, la vie reprend son cours normal au village de Sainte-Paule, habité par à peine 250 personnes.

Lundi matin, une seule voiture de patrouille était visible dans le village.

Photo : Radio-Canada / Marie-Jeanne Dubreuil

La localisation du père et de l’enfant a donné lieu à une opération dite filet 2 qui se met en branle lorsqu’une personne ou des personnes se barricadent avec un otage.

L’objectif d’une telle opération est d’obtenir une reddition volontaire, explique François Doré, un ancien policier de la Sûreté du Québec, maintenant à la retraite.

De la disparition du père et de l’enfant, mardi, jusqu’à la maîtrise du suspect, dimanche, les forces de l’ordre n’auront pas ménagé leurs efforts. Des centaines de policiers ont circulé dans les boisés. C’est incroyable les efforts qui ont été faits, les gens impliqués , observe Guy Desjardins, un habitant de Sainte-Paule.

Guy Desjardins, habitant de Sainte-Paule

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Outre les effectifs de la Sûreté du Québec, des membres de la GRC et des Forces armées canadiennes ont aussi participé aux recherches. Dans ce genre de mission, il n’y a plus de couleurs d’uniforme , commente François Doré.

La tension était vive parmi les habitants durant les recherches. Je sortais du chalet, je barrais la porte même si c’était pour deux minutes. Je n’allais pas dans le garage. J'étais très inquiète pour le petit garçon , commente une habitante du village, Claudia Simard.

Les chiens avaient été aussi mis à contribution pour retrouver l'enfant et son père.

Photo : Radio-Canada / Catherine Poisson

Jusqu’à quatre hélicoptères ont été mobilisés pour survoler le territoire de recherches et la maison dans laquelle étaient enfermés le père et l’enfant depuis leur découverte, samedi. On entend souvent parler d’alerte Amber, mais de la vivre comme on l’a vécue, c’est particulier. Tout ce qui circulait : les avions, les hélicoptères, les chevaux, on se serait cru un peu dans un film, une série télé , souligne Éric Gendreau de Sainte-Paule.

L’alerte Amber qui a été déclenchée mardi soir et qui a été levée samedi est une des plus longues de l’histoire de l’alerte au Québec.

Avec les informations de Roxanne Langlois et de Michel-Félix Tremblay

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Important Afin de favoriser des discussions riches, respectueuses et constructives, chaque commentaire soumis sur les tribunes de Radio-Canada.ca sera dorénavant signé des nom(s) et prénom(s) de son auteur (à l’exception de la zone Jeunesse). Le nom d’utilisateur (pseudonyme) ne sera plus affiché.

En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio-Canada a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit.

Vous avez repéré une coquille?

Vous êtes témoin d’un événement?

Vous avez des questions sur notre travail?

Les travailleurs du chantier maritime se sont donnés un mandat de grève.

Il est accusé du meurtre au 2e degré de Maxime Dugas-Lepage.

Cette observation entraîne la fermeture d'un petit quadrilatère de pêche au crabe au nord des Îles.

Hier soir avait lieu le 24e Gala du Défi OSEntreprendre Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine. Parmi les lauréats, l'entreprise familiale Alcyon …

Le quiproquo découlerait d'une simple erreur, selon l'organisme Mission Rivière.

Une soixantaine de personnes se sont présentées devant le conseil municipal mardi soir.

Les autorités ont d'abord lancé des recherches dans la région de Fort St John.

L'alerte Amber est levée.

La fillette a été retrouvée saine et sauve, indique la police à Barrie, au nord de Toronto.

Le procès de l'ex-franchisé Paul Zaidan a avorté abruptement vendredi, les jurés étant dans l'impasse.

Il est accusé d’avoir participé à l’enlèvement de Nicholas Tsouflidis, président des restaurants Chez Cora.

Elnaz Hajtamiri a été enlevée en janvier par trois hommes qui se sont fait passer pour des policiers.